Tout savoir sur le nouveau diagnostic de performance énergétique

Tout savoir sur le nouveau diagnostic de performance énergétique

L’évolution du DPE ou diagnostic de performance énergétique a été engagée dans le programme de rénovation énergétique et dans la loi Elan des immeubles. Le gouvernement veut accorder la priorité au DPE des locaux habitables. Il souhaite aussi perfectionner le diagnostic, et pour cette raison, plus sûr qu’il ne l’est sous son format actuel

Les objectifs du DPE en quelques mots

Les objectifs originaux du DPE sont nombreux. D’abord, fournir des informations sur l’efficacité énergétique d’un bien immobilier et permettre de comparer les biens entre eux. Ensuite, le DPE est conçu pour sensibiliser à la diminution de gaz à effet de serre et aux économies d’énergie. Il a aussi pour objectif d’inciter à la mise en œuvre de travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique du bien

Le DPE est en premier lieu un outil de sensibilisation, fourni à la transaction (location, vente, construction), affiché nécessairement dans les ERP ou établissements recevant du public et effectué pour quelques copropriétés. Néanmoins, ce matériel est amené à devenir un appui à la technique de rénovation en permettant l’évaluation de la valeur verte d’un bien, l’estimation de la performance énergétique (appui aux mécanismes de financement, fiscaux ou réglementaires…)

Les éventuelles modifications du DPE

Critiqués plusieurs fois, le DPE a subi quelques réformes pour la crédibilité de ses résultats. Un groupe de tâche a été établi pour réfléchir à des pistes d’optimisation. Durant sa dernière séance de travail, des changements ont été évoqués : une fiabilité des données d’entrée, une technique de calcul harmonisée et des recommandations au plan de travaux

Pour diminuer les écarts entre les divers diagnostiqueurs et guider l’opposabilité du DPE, il est projeté un ramassage complet et obligatoire des informations requises, et une responsabilisation des prestataires

Quant à la technique de calcul harmonisée, il existe en ce moment deux modèles de technique de calcul du DPE. D’abord, la technique « 3CL » qui s’appuie sur un calcul des pertes thermiques sur la base d’une caractérisation géométrique et thermique du bien. Ensuite, la technique des « factures » appuyée sur la vraie consommation sur les trois dernières années. La méthode sur factures paraît être remise en cause. Dans les temps à venir, seule la technique « 3CL » seront censés être conservée avec certains aménagements qui lui permettent de fonctionner parfaitement dans les bâtiments anciens. Et enfin, les recommandations au plan de travaux sont indiquées dans le DPE jugées inefficaces et insuffisantes dans leur forme actuelle. Elles sont amenées à progresser : pour fournir une appréhension optimale de la rénovation énergétique de façon globale et alignements des recommandations avec les objectifs de la nation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *